top of page
  • Instagram

INVITÉ

EXAMEN

20190129_153943.jpg
20200822_170135.jpg
20200822_170150.jpg
20200822_170404.jpg
20200822_171658.jpg
20200822_172551.jpg

Salut, je m'appelle Tora et je suis une maman, une épouse, une joueuse de société, une blogueuse, une avocate et une geek. Je suis assez nouveau dans la communauté des jeux de société, mais je suis tombé la tête la première dans le terrier du lapin de table et je n'ai aucune envie de refaire surface ! Les polyominos, la pose de tuiles et les puzzles abstraits sont mes favoris, mais je suis heureux de jouer à tout et n'importe quoi. 

 

Dans un monde qui semble trouver chaque jour des moyens de déclencher mon anxiété de plus en plus, le jeu de société est devenu mon refuge ; un endroit réconfortant où je peux passer du temps avec mon mari et mon fils sans distractions, un endroit sûr où je peux prendre des décisions et faire l'expérience de gagner et de perdre sans jugement et conséquences éternelles. Et, peut-être pour moi, le plus surprenant de tous, un endroit incroyablement accueillant et convivial où je peux jouer et profiter de tous les aspects du jeu de société avec les membres de notre merveilleuse communauté de comme des gens attentifs où rien n'a d'importance à part la joie et l'enthousiasme pour les jeux de table. 

 

Pour ces raisons, je suis très reconnaissant à Jim et à l'équipe de WBG de m'avoir donné l'occasion de partager mes réflexions sur tout ce qui concerne le jeu et j'espère que, ce faisant, je pourrai redonner et aider les autres joueurs à profiter de notre passe-temps partagé ( ce qui à mon humble avis, est vraiment plutôt merveilleux !). 

Si vous allez dans les bois aujourd'hui...

Avez-vous déjà voulu sauter joyeusement sur un chemin forestier enchanté, à la recherche de votre prochaine maison elfique uniquement pour que la forêt de vos rêves soit arrachée sans pitié à vous par un mauvais gnome ? Si c'est le cas, la dernière offre extérieurement relaxante mais intérieurement impitoyable d'Uwe Rosenburg pourrait être pour vous; bienvenue dans le joli monde impitoyable de Fairy Trails.

Avant de commencer, cartes sur table l'heure (littéralement !) ; Fairy Trails n'est pas un jeu "lourd" en termes de composant pour votre argent. Aucun meeple mythologique en bois glorieusement tactile ne tombe sur la table, et aucun arbre en carton grandeur nature (merci, Everdell !) ne vous attend sous le couvercle ; vous obtenez des cartes et vous obtenez des pierres précieuses. Ni plus ni moins. Fairy Trails n'est pas non plus sur la même échelle de complexité que les légendaires géants du jeu euro d'Uwe, Agrciola, Caverna et Le Havre. Mais, le croquant magique que cette petite boîte peut causer à deux personnes en 15/20 minutes environ, dément très certainement sa petite taille.

Alors, comment ça marche?

Ramenez-moi à la maison, routes de campagne !

À la base, Fairy Trails est un jeu de pose de tuiles simple, bien qu'utilisant de petites cartes carrées qui peuvent être placées n'importe où tant qu'elles sont orthogonalement adjacentes à d'autres cartes et continuent ou complètent les chemins imprimés sur celles à côté desquelles elles sont placées.

Chaque carte contient à la fois des chemins jaunes et roses et une combinaison potentielle de maisons, de prolongements de chemin et de fins de route. Au cours d'une partie, chaque joueur (l'un portant ses oreilles métaphoriques d'elfe rose et l'autre tirant sur ses bottes jaunes gnomes) pose à tour de rôle une carte pour tenter de compléter des chemins et d'occuper des maisons représentées par leurs gemmes colorées correspondantes. Comme ce grand-père du jeu, Carcassonne, si un chemin est complété en plaçant une carte, le joueur qui a un itinéraire terminé peut placer un joyau sur chacune de ses maisons situées le long de celui-ci. Le jeu continue et les cartes grandissent pour former un tableau central sinueux et séduisant jusqu'à ce qu'un joueur pose son dernier joyau et soit déclaré vainqueur.

Simple …… ou est-ce?

Autoroute pour l'enfer!

J'avoue que ce jeu m'a surpris. Alors qu'il a une mécanique centrale simple, le processus de prise de décision devient complexe. Dans votre tête, l'ordre des événements est clair et détendu ; posez une carte, complétez un itinéraire, revendiquez une maison…..facile. Mais ensuite, cette autre sensation de froid soudaine, aux yeux écarquillés, à la peau piquante, vous frappe comme un camion de glaces; tandis que vous avez gambadé de manière elfique parmi la mousse et les champignons en ramassant une maison bijou ici et là, le gnome a opté pour la combustion lente et a subrepticement construit un itinéraire de 16 pierres précieuses sur une série de virages apparemment innocents. En un seul placement de carte, vous avez accompli ce chemin sans le savoir et scellé la victoire du Gnome sans même vous en rendre compte !

Argh !

Et c'est là que réside la magie (ou la torture) délicieusement mythologique. À chaque tour, vous faites face à un compromis ; placez-vous une carte à votre avantage ou sacrifiez-vous la progression pour garantir le détriment de votre adversaire ? Les choix entre étendre un chemin existant pour sécuriser une aubaine de construction lors des tours suivants, fermer un itinéraire plus petit maintenant, ou placer la haine pour bloquer ou bifurquer les itinéraires de votre adversaire est une brûlure cérébrale à un niveau que cette petite boîte a gardée silencieuse.

Une grande pensée dans un petit paquet.

Boulet de démolition. Pour votre cerveau !

En tant que fan des autres jeux d'Uwe et obsédé par les couches de tuiles en général, Fairy Trails avait beaucoup à faire quand j'ai brisé ce sceau, et dans l'ensemble, cela n'a pas déçu. Bien que la paralysie de l'analyse puisse descendre comme une brume matinale, l'élan du jeu est relativement uniforme tout au long et la rejouabilité est élevée grâce au caractère aléatoire de la chance du tirage au sort. De plus, l'œuvre d'art est magnifique - les chemins deviennent presque hypnotiques au fur et à mesure que vous les regardez. Mais, pour la même raison, il peut aussi être difficile de distinguer les chemins à mesure que la zone boisée s'étend. Et, pour moi, ce jeu aurait été mieux avec de vraies tuiles ; quelque chose de plus tactile et substantiel que les fines petites cartes carrées que nous avons trouvées glissées autour de la table pendant le jeu et qui ont refusé de jouer.

Ne vous méprenez pas, Uwe ne trace pas ici un chemin de fées en termes de jeu innovant ou de mécanismes inédits, mais ce jeu ne se sent pas non plus simplement comme une version épurée des plus grandes grandes dames du genre pose de tuiles . Ce jeu a une piqûre sournoise dans sa queue; faites attention à votre ennemi de conte de fées, car si vous vous amusez joyeusement en mode solitaire multijoueur, vous perdrez durement et vous perdrez rapidement.

 

En fin de compte, en tant que jeu rapide et stratégique à 2 joueurs, Fairy Trails fonctionne bien et j'ai fini par vouloir rejouer; à la recherche de ce juste milieu entre être obsédé par les domaines boisés de mon adversaire et se délecter de la beauté égoïste de mes propres chemins glorieux.

Sentiers des fées

Note GBM : 7/10  

Nombre de joueurs : 2

Vous aimerez ceci si vous aimez : Carcassonne, Akrotiri et Patchwork 

Publié par HUCH !/Jeux d'avion en papier

Conçu parUwe Rosenberg

fairy trails
bottom of page